Sabrina Ratté :Aurae __ La Gaîté Lyrique

 

. Présentation

Aurae emprunte son titre à l’une de ses premières œuvres vidéos aux couleurs lavées par le soleil (c’était en 2012), mais aussi à l'étymologie du mot “aura”, qui indique un vent doux, un souffle, une atmosphère. Avec cette série d'œuvres empreintes de poésie et de science-fiction, Sabrina Ratté propose de redonner du relief aux images, de leur restituer une aura nouvelle à l’ère des technologies, et de les augmenter jusqu’à en faire des “unités d’ambiances” à explorer physiquement.

(...) Aurae de Sabrina Ratté prend la forme d’une traversée dans laquelle le visiteur ou la visiteuse devient acteur ou actrice de l’espace. Aurae se présente comme un grand ensemble d’architectures immersives et de paysages habités par une matière visuelle en mouvement, interrogeant la séparation physique entre deux réalités.

En collaboration avec le designer Antonin Sorel (à la scénographie) et le musicien Roger Tellier-Craig (à la création sonore), Sabrina Ratté imagine un archipel troublant, une suite d’îlots et de refuges en dehors du réel, comme un défilé d’utopies qui finiraient par se matérialiser.

..................................................................................

L'image exerce sur l'espèce humaine une fascination inégalée, pas même par le feu. Elle hypnotise, subjugue, soumet. Déjà dévorante dans nos vies numériques, elle connaît une expansion inouïe jusqu'a parfois obscurcir notre compréhension et aveugler notre orientation. Et si, pour retrouver une forme de clairvoyance, nous déchirions le voile jeté sur nos yeux pour entrer dans la substance de l'image, ne pas s'arrêter à sa surface, la reconquérir pour lui restituer son aura ?

Puisant dans la culture web et ses simulations visuelles, la science-fiction et l'architecture, Sabrina Ratté tisse des images-espaces dans lesquels naviguer, à traverser, où s'incruster. Elle polit leurs facettes réfléchissantes comme une myriade de réalités alternatives qui amplifient notre expérience de l'ici et du maintenant, tout en nous emmenant ailleurs. Alchimiste, elle déploie un art de la transformation de la matière en lumière, de l'illusion en profondeur. Projection vidéo, photographie, animation 3D : les technologies se fondent pour une hybridation poétique.

Pour Aurae, titre qui renvoie autant au halo de ces images qu'à une zone de métamorphose spatiale, un parcours met en scène onze œuvres réunies pour la première fois : immenses, englobantes, ambiguës. Dans ce paysage révélé comme sculpture, d'une brillance nacrée bien supérieure à celle compressée d'Internet, l'individu s'absente des projections colorées, mais le visiteur ou la visiteuse le réintroduit dans sa particularité, sa singularité, à la fois vedette et second rôle.

Par une construction architecturale monumentale, où les sons se perdent dans un écho, où les formes débordent des cadres en trois dimensions, Sabrina Ratté propose une expérience à vivre avec le corps, quand les frontières symboliques s'estompent. Une déambulation qui raconte notre rapport aux écrans, à notre désir de les transpercer pour fusionner avec ce qu'ils exhibent, et à cette distance toujours plus grande qui nous sépare du monde clos, derrière sa fenêtre, à voir mais jamais à toucher.

 

.Oscillations :Ondes primitives __ Vidéoprojection HD, écran transsonore, synthétiseur vidéo, création sonore de Roger Tellier-Craig

 

. Oeuvres

A xa

 

A xb

 

A xc

 

A xd

 

Undream

Se jeter dans l'image

VidéoprojectionHD écran double face, miroir, verre, création sonore de Roger Tellier-Craig   _2018_2022

 

A aa

 

A ab

 

A ac

 

A ad 1

 

A ae

 

Alpenglow

Verre polarisant

Vidéo HD, animation 3D, bois, verre, tapis   _2018_2022

 

A ra

 

A rb

 

A rc

 

A rd

 

Radiances

Échec et brillance

Vidéo HD, écrans double face, tubes métalliques, verre, bois, miroir   _2018_2022

 

A dma

 

A dmb

 

A dmc

 

A dmd

 

A dme

 

A dmf

 

A dmg

 

Distributed Memories

Laboratoire d'images

En collaboration avec Guillaume Arsenault

Dispositif interactif, ordinateurs, capteurs, écrans, enceintes, tiges métalliques, bois, plexiglas

Création sonore de Roger Tellier-Craig   _2021_2022

 

A mfl

 

Machine for living

Dissolution infinie

Vidéoprojection HD, mapping, bois, animation 3D, synthétiseur vidéo, création sonore de Roger Tellier-Craig   _2018_2022

 

A ala

 

A alb

 

Inscape

Débordement intérieur

Moniteur, animation 3D, synthétiseur vidéo, transducteurs audio, bois, matériaux mixtes, création sonore de Roger Tellier-Craig  

_2019_2022

 

A fa

 

A fb

 

A fc

 

A fd

 

A fe

 

Floralia

Mémoire végétale

Vidéoprojection HD, animation 3D, synthétiseur vidéo, , enceintes photogrammétrie, impression sur toile, bois, tapis, casques Vr, création

sonore de Andrea-Jane Cornell   _2021

 

A ya

 

A yb

 

A yc

 

A yd

 

 

http://sabrinaratte.com/

https://gaite-lyrique.net/evenement/aurae-sabrina-ratte

 

. Sabrina Ratté :Eléments de biographie

Artiste canadienne basée entre Montréal et Marseille, Sabrina Ratté évolue à la frontière des arts plastiques, de la scénographie, de la performance et de la musique. Elle s’intéresse aux multiples possibilités de l’image numérique et s'inspire de la culture Internet et son flot de simulations visuelles pour imaginer ses “images mirages” qu'elle travaille à partir de technologies analogiques et d’outils numériques. L’exploration continuelle de nouvelles techniques nourrissent les thèmes qui traversent ses œuvres, notamment l’influence de l’architecture et du numérique sur notre perception du monde, ainsi que la relation que nous entretenons avec l’aspect virtuel de l’existence.

Sabrina Ratté a été nommée au Prix Sobey pour les arts en 2019 et 2020. Ses œuvres ont été présentées
internationalement par des institutions comme le Musée Laforet (Tokyo), le Centre Pompidou (Paris), le Musée
National des Beaux-arts du Québec
(Québec), la Thoma Foundation (Santa Fe), le Centre PHI
(Montreal), le Whitney Museum of Art (New York), le Chronus Art Center, (Shanghai) ou encore le Museum of the Moving Image (New York).
L’exposition-expérience Aurae à la Gaîté Lyrique est la première grande exposition consacrée à son travail en France.
 

.Aurae :Rencontre avec Sabrina Ratté __étapes :

Immersion dans l’exposition “Aurae” à la Gaîté Lyrique : rencontre avec Sabrina Ratté

Du 17 mars au 10 juillet 2022, l’exposition “Aurae” de l’artiste canadienne Sabrina Ratté se déploie à la Gaîté Lyrique. Les visiteurs et visiteuses sont invité·es à découvrir différentes installations immersives, telles des utopies en îlots. À l’aide de projections vidéo, d’expériences en réalité virtuelle ou encore de dispositifs spatiaux, Sabrina Ratté nous invite à plonger dans l’image et à questionner la séparation entre le monde physique et le monde virtuel. Univers de science-fiction utopico-dystopiques se matérialisent ainsi, et interrogent l’aura des images dans un contexte de saturation numérique et visuelle.

Pourquoi avoir choisi “Aurae” comme titre de l’exposition à la Gaîté Lyrique ?

J’ai créé en 2012 une œuvre sous forme de vidéo qui s’appelle “Aurae”. Avec la directrice artistique de la Gaîté Lyrique, Jos Auzende, nous avons repris ce titre pour cette exposition. Quand je fabrique des images, cela part d’une impression, souvent floue, qui se rapproche d’une ambiance. Mes créations amalgament différents éléments indescriptibles qui nous entourent et reflètent l’expérience d’un espace ou d’une image… L’exposition “Aurae” est ainsi composée d’unités d’ambiances. Pour Jos Auzende, le terme fait aussi référence à la notion d’aura des images explorée par le philosophe Walter Benjamin.

Comment redonnez-vous aux images une aura nouvelle ?

Je sors l’image de son cadre traditionnel. Je cherche à matérialiser des images, au-delà du tirage photo. L’image se déploie en 3D dans le monde réel. En faisant cela, je génère une nouvelle aura, ou plutôt je déploie celle-ci d’une autre manière. Je donne la possibilité aux spectateurs et spectatrices d’entrer davantage dans l’œuvre.

Pourquoi créer, dans l’exposition “Aurae”, des espaces intermédiaires, entre le physique et le digital ?

J’ai toujours été fascinée par les contraires. La limite est fine entre la présence physique et celle virtuelle. En brouillant les frontières, je questionne le réel. Ce que l’on vit physiquement est-il plus réel que ce que l’on perçoit à travers les images et qui nous affecte ?

Dans le cadre de cette exposition, vous avez travaillé avec le musicien Roger Tellier-Craig. Comment s’est déroulée la collaboration ?

Je collabore avec Roger Tellier-Craig depuis de longues années. Il a réalisé les bandes sonores de beaucoup de mes vidéos. Dans le cadre de l’exposition, il a retravaillé certaines pièces comme “Machine for Living” conçue en 2018 dans l’optique de créer une ambiance. La composition sonore qu’il avait créée s’adaptait au montage de la vidéo. Pour “Aurae”, “Machine for Living” est devenue une installation dans l’espace avec des îlots de structures. Roger Tellier-Craig a réécrit les compositions de telle sorte à ce qu’elles se déploient et cohabitent dans l’espace par l’entremise de plusieurs haut-parleurs. Cela crée une ambiance.

Quelles sont les différentes techniques que vous employez pour créer vos images ?

J’utilise notamment le logiciel Cinéma 4D. Je manipule aussi les signaux analogiques d’un synthétiseur vidéo. C’est un appareil, initialement conçu pour faire de la musique, qui génère électriquement un signal vidéo. La 3D donne un rendu à l’aspect plus lisse, alors que cet outil analogique permet des créations à l’apparence plus organique. Dans le cadre de la conception des installations vidéo “Floralia”, j’ai commencé à explorer la photogrammétrie. Je fabrique à partir de photographies en 3D une visualisation en 3D. J’apporte ainsi un objet du réel dans le monde virtuel. J’utilise aussi le logiciel After Effects pour perfectionner les rendus. Quand je crée en 2D, j’essaye de créer une profondeur avec des jeux de perspectives, des dégradés dans l’image. Avec la 3D, je conçois des architectures plus complexes.

Pourquoi est-ce important que le spectateur et la spectatrice aient une expérience de l’espace ?

J’ai envie de créer des mondes dans lesquels les personnes ont envie de vivre, ou du moins, de pouvoir errer. Mais l’écran empêche cet accès aux mondes virtuels, c’est frustrant. Avec la réalité virtuelle, technologie que j’ai utilisée pour créer “Floralia”, je permets aux visiteurs et visiteuses de connaître cette expérience d’un espace virtuel où la gravité n’existe pas. Je crée des structures qui donnent lieu à une immersion.

Comment avez-vous conçu l’installation “Floralia”, en partie en réalité virtuelle ?

Je travaille d’abord avec Cinéma 4D pour générer des animations. Puis, je les encode afin de les exporter sur la plateforme Unity pour créer en réalité virtuelle. Cela n’a pas été facile, car dans “Floralia” les végétaux que je représente se décomposent dans l’espace, et l’ordinateur doit calculer la trajectoire de chacun des morceaux. Le spectateur et la spectatrice peuvent, dans cet espace virtuel où la nature est dématérialisée, se téléporter et arrêter le mouvement des débris végétaux, à l’aide d’une gâchette.

Quelles sont les couleurs et les textures qui vous fascinent dans l’image ?

J’ai longtemps été fascinée par les rendus de textures que l’on peut générer avec la 3D, comme ce qui est gluant, voire repoussant. Je m’intéresse aux couleurs ternes, sombres… Avec la photogrammétrie que j’ai utilisée pour créer Floralia, je puise même certaines textures directement dans le réel.

Avec “Aurae”, c’est la première fois que vous êtes exposée en France dans une institution. Qu’est-ce que cela vous fait ?

C’est inattendu, extraordinaire. Cela fait un an que nous œuvrons à la Gaîté Lyrique pour concevoir cette exposition. J’ai l’habitude de travailler seule, derrière mon ordinateur. Pour cette exposition, j’ai travaillé avec toute une équipe. La Gaîté Lyrique m’a accompagnée tout au long de ce projet. Je réalise en quelque sorte un de mes rêves : voir se déployer dans l’espace les images et les vidéos que j’ai conçues.

© Isaline Dupond Jacquemart